Comment les anti-masques s’organisent sur Internet – le JDD

Tristan

« Le nombre d’occurrences des messages anti-masques reste marginal mais il est significatif », juge Tristan Mendès France, maître de conférence associé à l’Université Paris-Diderot et spécialiste des cultures numériques. « Cette mouvance est la coagulation des mécontentements et des frustrations de différents milieux : des anti-gouvernement, des anti-sciences, des complotistes, une partie de l’extrême-droite », détaille-t-il.

Par conséquent, les raisons avancées pour justifier leur opposition au port du masque sont très différentes : « Il y a ceux qui expliquent que c’est inconfortable, que c’est dangereux, ceux qui défendent un discours libertarien du type ‘je ne suis pas un mouton’, des complotistes qui croient que c’est une manière de contrôler l’opinion publique et aussi des groupuscules qui vont essayer d’instrumentaliser le mouvement pour en tirer un bénéfice politique », explique le chercheur.

« Le Canada francophone est une face de passage pour les discours et les contenus viraux qui ont marché aux Etats-Unis, sont digérés et traduits », souligne Tristan Mendès France. …

… « Si en France, on commence à percevoir le discours de santé publique comme relevant du débat politique, on risque de basculer dans l’hystérie américaine, craint Tristan Mendès France. Le grand danger de ce mouvement, c’est la politisation de la question du port du masque. »
— À lire sur www.lejdd.fr/Societe/comment-les-anti-masques-sorganisent-sur-internet-3982307.amp